HydraVonG XLS, le Dernier Vaporisateur Manuel de Dynavap

icone-pas-cher

Portable

Conduction

Herbes

Prix abordable

Après avoir présenté le VapCap M et les différents produits Dynavap, nous revenons avec ce test de l’HydraVong XLS, le dernier vapo du fabricant américain au concept unique.

Dynavap se distingue en effet de la masse des vaporisateurs à herbes sèches en délaissant l’électronique et le fonctionnement sur batterie pour des appareils à flamme.

Dynavap propose ainsi une gamme de petits vaporisateurs stylos en titane ou en bois, qui ont la particularité d’être chauffés avec un briquet de type torche au butane le plus souvent.

Comme nous l’avons déjà présenté, les produits Dynavap se divisent en plusieurs gammes :

  • L’entrée de gamme VapCap M, l’iconique vapo de la marque tout en acier inoxydable.
  • Le haut de gamme Omni, dont les embouts en titane furent les premiers à pouvoir être ajustés pour régler le flux d’air et contrôler la résistance au tirage.
  • La gamme des NonaVong, les premiers modèles en bois conçus pour être utilisés sur des pipes a eau, VonG signifiant Vape on Glass (Vapo sur verre). On retrouve ainsi le suffixe dans l’OmniVong, un corps en bois et un embout en titane, qui se différencie de l’OmniVap au corps en métal (acier ou titane) et qui n’a que sa stricte fonction de vapo, comme son nom l’indique. Vous suivez ?
  • Enfin, plus récemment, la nouvelle gamme de vapo en bois HydraVong est venue succéder aux NonaVong. L’HydraVong se différencie par le design de son corps en bois sculpté à la main qui facilite l’insertion dans la pipe à eau ainsi que la rotation du vapo lorsqu’il est en chauffe.

Le modèle que nous allons présenter aujourd’hui est l’HydraVong XLS. Il existe deux tailles de vaporisateurs Dynavap : standard et XL, qui se caractérise par un condensateur (chemin de vapeur) plus “Extra Long”.

De plus, les modèles VonG sont vendus avec ou sans embout buccal. Si vous les utilisez uniquement en adaptateur pour pipe à eau, un embout n’est pas nécessaire. Mais si vous souhaitez utiliser le vapo seul, vous aurez besoin d’un embout buccal. Ces embouts, qui peuvent être achetés séparément, ont la particularité de tourner sur eux-mêmes (pratique pour chauffer de façon homogène tout en inhalant la vapeur). En anglais, le mouvement de rotation se dit “spinning”, d’où la lettre S. Vous avez ainsi des modèles standards, S, XL et, comme notre HydraVong, XLS, qui combinent le format XL et l’embout rotatif.

Après ce petit récapitulatif de la terminologie Dynavap et de ses différentes gammes de produits, passons au test !

Test vidéo du Dynavap HydraVong XLS

Vapo prêté par Vaposhop. N'hésitez pas à nous dire si vous pensez que cela a pu influencer notre test !

Premières impressions et prise en main

Comme nous l’avons dit plus haut, l’HydraVonG est un modèle de vapo qui fait suite au NonaVong. Il est, comme son prédécesseur, fait d’un bois naturel, le Cocobolo, réputé pour sa robustesse.

Le modèle que nous avons testé est en bois foncé, mais il existe également une option en bois clair. Vous pouvez aussi vous procurez l’HydraVong standard, sans embout buccal, pour une vingtaine d’euros en moins.

A la différence du corps lisse du NonaVong, le bois de l’HydraVong a été usiné pour laisser apparaître des rainures qui non seulement donne un look beaucoup plus esthétique, mais permet une meilleure prise en main et s’adapte mieux aux pipes à eau. La sensation est intéressante et rend le vapo facile à tourner dans votre main quand vous le chauffer.

Pour ce qui est des dimensions, on peut difficilement faire plus portatif. Il est aussi très léger et tient aisément dans n’importe quelle poche.

L’HydraVong mesure seulement 11 cm de long pour un diamètre d’environ 1 cm.

Embout buccal rotatif

L’autre extrémité du corps se termine en cône en bois d’un diamètre de 14 mm correspondant à la taille standard du trou qui accueille le bol sur les pipes à eaux. Nous n’avons pas testé l’HydraVong avec ce type d’objet, nous nous en tiendrons donc à sa seule fonction de vaporisateur. 

Pour se faire, vous devez ajouter l’embout buccal rotatif. Il est fait du même bois que le corps et est conçu pour épouser la forme des lèvres. Monté sur un axe centré qui n’est autre que le tube en métal acheminant la vapeur du four à votre bouche, celui-ci tourne à 360 degrés. Cela vous permet ainsi d’inhaler la vapeur tout en faisant tourner le vaporisateur entre vos doigts quand vous le chauffez. Nous verrons dans le point suivant pourquoi la rotation du four est importante pour une meilleure vaporisation des herbes.

Si vous préférez un embout en titane, il existe également le modèle OmniVong Hydra XL, qui combine le corps de l’HydraVong avec l’embout titane Omni.

Nouveau trou d’aération

L'ancien trou triangulaire du Nonavong, qui permettait de faire passer un flux d’air dans le tube pour faciliter le tirage, a été remplacé par une fente plus longue et plus fine. Cette nouvelle fente est supposée améliorer le contrôle du débit d'air entrant et de jouer avec la résistance au tirage. Vous pouvez par exemple couvrir la moitié du trou avec votre doigt, pour une plus forte résistance, ce qui n’était pas possible avec le petit trou triangulaire des modèles précédents.

Fonctionnalités / Réglage Température

Le fonctionnement de l’HydraVong comme de tous les vapos Dynavap est à la fois simple et complexe. Aucun réglage, pas d’option de température, vous n’aurez besoin que d’une flamme. Il est fortement recommandé d’utiliser un feu tempête ou torche butane car les briquets de type Bic prennent plus de temps à chauffer et vont se vider plus rapidement. Des modèles de briquets torches comme ceux de la marque Vertigo seront ainsi plus efficaces et plus économiques. Ceci étant dit, nous avons réalisé ce test avec un briquet classique et les résultats étaient tout de mêmes très concluants.

Le kit de l’HydraVong étant extrêmement limité (à tel point que ne peut pas vraiment parlé de kit d’ailleurs), vous n’aurez pas de mode d’emploi à disposition.

  1. Remplissez la chambre d’herbe finement grindée, sans trop tasser.
  2. Remettez le capuchon en métal sur le bol.
  3. Placez le capuchon bien à l’intérieur de la flamme, dans la partie bleue, c’est-à-dire la partie la plus chaude de la flamme. Si vous utilisez le bout de la flamme jaune, vous allez rapidement noircir le métal jusqu’à en libérer des fumées nocives. Le métal noirci sera ensuite plus difficile à ravoir.
  4. Visez la partie centrale du capuchon plutôt que l’extrémité, et faites tourner le vapo entre vos doigts bien pour répartir la chaleur de façon homogène.
  5. Le chauffage prend environ 20 secondes. Un double clic vous indiquera lorsque vous pouvez tirer dessus.
  6. Prenez une longue et lente inspiration. Les modèles VapCap vous permettent généralement de tirer qu’une seule bouffée à chaque chauffe.
  7. Un autre clic suivra 20 secondes après les premiers pour indiquer quand le vapo est refroidi. Vous pouvez alors toucher le cap sous vous bruler.
  8. Répétez le processus en vérifiant régulièrement que vos herbes ne sont pas brulées.

Jouer avec la résistance au tirage

Vous pouvez contrôler avec le flux d’air et le tirage du vapo en utilisant le trou d’aération comme nous l’avons dit précédemment, mais également avec l’embout buccal. Celui-ci peut être tiré d’un bon centimètre hors du corps du vapo pour vous permettre de jouer avec le ratio air/vapeur et influe sur la densité de la vapeur.

C’est donc un vaporisateur simple d’utilisation, mais qui nécessite une certaine pratique pour le maîtriser complètement et maximiser la production de vapeur. En cela, il demande un temps d’apprentissage supérieur aux modèles électriques.

Qualité vapeur et bol

Le bol est de petite taille et permet de mettre environ 0,2 g d’herbes en tassant bien. Le four vient directement s’emboîter dans le corps en bois et se retire facilement. Il est recouvert d’un capuchon en acier inoxydable. C’est cette partie que vous chauffez pour vaporiser vos herbes.

La qualité de vapeur est plutôt bonne, vous pouvez obtenir de bons nuages de vapeur douce instantanément. Il est assez difficile de savoir à quelle température on chauffe le vapo et à quelle température il se met à cliquer.

La qualité de vapeur est plutôt bonne, vous pouvez obtenir de bons nuages de vapeur douce instantanément. Il est assez difficile de savoir à quelle température on chauffe le vapo et à quelle température il se met à cliquer.

Si vous chauffez le bout du vapo, il cliquera à une température basse, comprise entre 150 et 170 degrés. Si vous visez le milieu du capuchon, il cliquera à une température plus élevée, entre 190 et 220 degrés.

N’oubliez pas de faire tourner le vapo tout en le chauffant pour une meilleure répartition de la chaleur.

Il va certainement vous falloir quelques essais avant de bien maîtriser ce vapo. Il demande plus de temps à comprendre qu’un vaporisateur électrique, même si tous les vapos nécessitent un petit temps d’apprentissage.

Avec un bol plein, vous pourrez tirer entre 10 et 15 bouffées en fonction de la zone que vous chauffez.

N’hésitez pas à le laisser refroidir après 5-6 taffes pour regarder le niveau de vaporisation de vos herbes.

Garantie et Accessoires inclus

Que ce soit avec l’HydraVong ou n’importe quel vapo Dynavap, vous ne serez pas encombrés avec une grosse boite pleine d’accessoires et de pièces de rechange ! En effet, l’HydraVong nous a été livré dans son tube en plastique et… c’est tout ! Rien d’autre, pas même un mode d’emploi ! 

Ce vapo est garanti deux ans.

Entretien

De par sa conception minimaliste, l’entretien de l’HydraVong est beaucoup plus simple et rapide que sur les appareils électriques. La chambre se nettoie avec une extrême facilité et le chemin de vapeur / embout se démonte entièrement en un clin d’œil. Le “cap”, le capuchon en métal que l’on chauffe à la flamme, noircira irrémédiablement et il n’y a pas grand-chose à faire contre ça.

En revanche, Dynavap recommande d’utiliser fréquemment sa DynaWax pour nettoyer et hydrater le bois du corps de l’objet.


Mon avis

Les vaporisateurs Dynavap offrent une alternative aux appareils électriques qui inondent le marché. Il y a clairement une clientèle pour ces modèles ultra-compacts, durable et opérationnels en toute circonstance. S’il ne dépend pas d’une batterie rechargeable, l’HydraVong nécessite tout de même d’investir dans un bon briquet-tempête afin d’obtenir la meilleure expérience de vaporisation possible. Son look unique avec cette pièce de bois sculptée et cette méthode de chauffage par conduction plus naturelle pourrait séduire ceux qui recherchent une expérience plus proche de la combustion traditionnelle.

8.8 Score total
HydraVonG XLS Dynavap - Mini Vaporisateur en Bois sans Batterie

Un vapo à flamme au style unique qui se glisse dans toutes les poches. Conçu pour durer, il offre une bonne qualité de vapeur et une expérience de vaporisation originale.

Qualité de finition et design
9.5
Fonctionnalités et Réglage de températures
5
Portabilité
9.9
Autonomie et Batterie
10
Rapport Qualité / Prix
9.3
Qualité de Vapeur
8.9
POUR
  • Bonne qualité de vapeur
  • Temps de chauffe rapide
  • Design unique et matériaux de premier choix
  • Possibilité de contrôler la résistance au tirage manuellement
  • Se glisse partout
  • Prix abordable
CONTRE
  • Moins pratique et moins facile à utiliser qu'un vapo électrique
  • Aucun contrôle sur la température de chauffe, pas idéal pour varier les expériences de vaporisation
  • Nécessite un briquet tempête pour une meilleure expérience
Canna Vapos