Pourquoi votre vaporisateur tout neuf a un mauvais goût et comment y remédier

vapo-mauvais-gout

C’est une question qu’on entend très souvent. Après avoir acheté un vaporisateur neuf, on est tout content de le tester et là… Un horrible goût de plastique masque celui de l’herbe ! C’est évidemment très frustrant et peut amener des interrogations légitimes pour la santé de l’utilisateur. Alors pourquoi ce goût, et peut-on y faire quelque chose ?

Voyons cela ensemble.

A quoi est dû le goût désagréable de mon vaporisateur neuf ?

La première chose à savoir, c’est qu’un grand nombre de vaporisateurs ont un goût de « neuf » (comprendre : de plastique pour la plupart) au début. Ceci peut-être dû à plusieurs choses, en fonction de votre modèle. La plupart du temps, il s’agit de jointures en silicones qui peuvent mettre un peu de temps à perdre leur odeur et qui dégagent un « goût » en étant chauffées lors des premières sessions. 

Sur certains modèles bas de gamme, il peut également s’agir d’huiles utilisées lors de l’assemblage ou bien de micro-résidus de plastique qui n’auraient pas été correctement nettoyés en sortie d’usine (oui, ce n’est pas réjouissant..).

Enfin, l’embout buccal peut également jouer un rôle dans l’apparition de ce goût, en fonction de la qualité du matériau utilisé.

A noter qu’il ne s’agit pas forcément de « goût » au sens propre : environ 80% des saveurs passant par le nez, si l’odeur de plastique neuf est importante vos sens peuvent être trompés. Même si aucun plastique n’est brûlé à l’intérieur de votre vapo, vous pouvez tout de même avoir la sensation d’un goût de plastique.

Quoiqu’il en soit, votre vaporisateur a un goût horrible : que pouvez-vous faire ?

Chambre de chauffe GPen Roam

Chauffage à vide à haute température 

Nos astuces pour faire passer plus rapidement le sale goût des débuts

Commençons par préciser que le goût de plastique devrait de toute façon se dissiper de lui-même au bout de 5 à 10 sessions. Néanmoins, vous pouvez effectuer quelques manipulations pour accélérer ce processus.

La première chose est d’effectuer une sorte de « rodage » sur votre vapo avant sa première utilisation réelle. Beaucoup conseillent de faire ce qu’on appelle un « factory burn » juste après le déballage. Cette action consiste à ne pas remplir le réservoir, régler la température sur « high » (ou sur un voltage élevé en fonction de votre modèle) et de mettre en marche votre vaporisateur.

Si des résidus et/ou des huiles d’assemblage sont encore présents sur le chemin de vapeur, la chaleur élevée devrait les consumer : vous verrez alors apparaître une légère vapeur.

Lorsque le vapo n’émet plus aucune vapeur à vide (cela devrait être très rapide, à peine une poignée de secondes), il est temps de le laisser refroidir, puis d’effectuer un premier nettoyage complet en vous référant à la notice de votre appareil. 

A la suite de ces manipulations vous pouvez utiliser votre vapo normalement et devriez avoir un goût correct, qui ne fera que s’améliorer avec le temps au fur et à mesure que les composants en plastique perdront leur odeur de « neuf ». Vous aurez par ailleurs éliminé tout résidu dont l’inhalation est potentiellement néfaste pour la santé.

Une autre possibilité, qui peut d’ailleurs s’ajouter au « factory burn » est de vaporiser du tabac, du thé vert ou un « herbal mix » à haute température, ou plutôt de « crapoter » (aspirer la vapeur dans la bouche et la recracher sans l’inhaler) pendant 4 ou 5 sessions.

Le but est ici à la fois de se débarrasser des éventuels résidus dans le chemin de vapeur grâce aux hautes températures, et de donner une meilleure odeur et un meilleur goût plus rapidement. Comme précédemment, il convient d’effectuer ensuite un nettoyage complet de l’appareil.

Pour plus d'idées d'herbes à vaporiser, consultez notre article dédié à l'aromathérapie !

pied de lavande

La lavande dégage un odeur puissante

feuilles dEucalyptus

Feuilles d'Eucalyptus

Prévenir le goût de plastique en privilégiant l’achat d’un vaporisateur de qualité

Le goût de plastique est nettement plus prononcé et se dissipe moins rapidement sur les vaporisateurs bas de gamme. Ces derniers utilisent en effet beaucoup de plastique dans leur conception (embout buccal, pièces internes au contact de la vapeur…), et ce dernier est souvent d’une qualité discutable : il est en effet plus susceptible de dégager des résidus et des vapeurs lorsqu’il est soumis à une température élevée.

Les contrôles qualités étant nettement moins importants pour les vaporisateurs très peu chers, il n’est malheureusement pas rare que des résidus de plastique, voir d’huile ou de même de colle ( !) demeurent dans l’appareil à la sortie de l’usine.

Ce sont ces derniers qui, comme nous l’avons vu, peuvent être responsables d’un mauvais goût au départ, en plus d’être évidemment nocifs pour votre santé.

Afin d’éviter cela, nous vous recommandons de privilégier l’achat de vaporisateurs de milieu de gamme, voir haut de gamme. Ces derniers limitent l’utilisation de plastique et privilégient l’emploi de matériaux comme la céramique qui sont nettement moins susceptibles de produire odeurs et mauvais goût, ou le cas échéant ces derniers se dissipent très vite. Ils font également l’objet de contrôles pour éviter les résidus de fabrication contrairement aux vaporisateurs d'entrée de gamme

Nous pouvons notamment vous conseiller le Firefly 2+, les vapos Arizer ou encore les produits Storz & Bickel comme les Mighty et Crafty+. Bien que ces derniers utilisent beaucoup de plastique, celui-ci est de très grande qualité et destiné à un usage médical. En matière de fabrication, l'entreprise allemande a toujours été à la pointe de l'industrie et a largement fait ses preuves en plus de 20 ans de métier, vous pouvez donc y aller les yeux fermés.

Design FF2+

Le Firefly 2+ n'utilise quasiment pas de plastique dans sa fabrication 

Enfin, méfiez-vous des modèles courants mais beaucoup moins chers qu’ailleurs : les marques de vaporisateurs les plus vendues sont en effet malheureusement souvent contrefaites : vous risqueriez de vous retrouver avec un appareil décevant par rapport à vos attentes, voir potentiellement dangereux.

Pour éviter cela, achetez directement sur le site du constructeur ou auprès d’un revendeur reconnu et de confiance. Évitez par ailleurs les places de marché comme Amazon !

Rappelez-vous également que si le mauvais goût persiste après factory-burn, vaporisation d’herbes, nettoyage, et plusieurs sessions, vous pouvez tout à fait justifier d’un retour client en vue d’un échange en justifiant que le produit ne répond pas à vos attentes…

Bonne vaporisation à tous !

A lire également